15 mars 2014

La poisse.........deuxième chute en handbike en l'espace d'un mois.

La poisse....... deuxième chute en handbike en l'espace d'un mois........ celle-ci plus sévère que la première.
Jeudi, je suis sur le point de terminer mon entrainement, il ne me reste plus que la côte de Biermes à descendre. Une côte à 15% que j'ai déjà descendu et monté des dizaines de fois. Pour vous dire que je la connais bien, une fois je l'ai même descendu à fond, arrivé en bas, j'étais à 70 kms / heure. Cette fois là j'ai été inconscient, je me suis vraiment fais peur. Je n’ose même pas imaginer si les freins avaient lâché. Ce jour là, je me suis dit que plus jamais je prendrai autant de risques............
Mais revenons à ce jeudi, je viens de commencer la descente, ma vitesse atteint très vite les 35 puis 40 kms. A ce moment là je décide de ralentir. En actionnant la manette de frein, le câble casse. C'est la panique, je me vois déjà en bas de la descente à 70 kms / heure avec un virage à prendre et je sais qu'à cette vitesse là, je ne pourrai jamais le prendre et ce sera la chute. A ce moment là, je me souviens que j'ai un frein de secours. Je ne sais pas si c'est la panique mais en tirant sur le frein de secours, celui-ci ne réagit pas, il est bloqué. Et ma vitesse qui continue à monter : 41.....42....43...44 kms / heure. Il faut que je réagisse très vite et que j'arrête cette machine infernale. En une fraction de seconde, l'idée me viens, je vois sur le bord de la route une portion en herbe. Je vais donner un grand coup de guidon vers la droite et porter également le poids de mon corps vers la droite, cela devrait suffir pour coucher le handbike sur le côté. Je ferme les yeux...... Mais les choses ne se passent pas comme prévu. Pour une raison inconnue le handbike ne se couche pas sur le côté, il se met à tanguer sur la route et devient incontrôlable. Et après plusieurs embardées, il se retourne de l'autre côté et sur la route. Le choc est très violent, j'en fini pas de rebondir sur la route, toujours attaché à mon handbike et sous les chocs répétés mon casque finit par se détacher et la sangle qui me retient au handbike cède également. On dit que dans un moment ou on croit sa dernière heure arrivée on revoit le films de sa vie. Moi à ce moment précis, je pense à mon épouse, à mes enfants et petits enfants. Enfin tout s'arrête, j'ai fini de rebondir, je suis allongé sur la route, conscient et vivant,Je me touche la tête, à première vue rien et je ne ressent aucune douleur, c'est un premier soulagement. Ce qui m'impressionne, c'est le silence qui règne.Mais ce silence est très vite interrompu par le bruit de voitures qui approchent. Il faut très vite que je gagne le bas côté de la route. Je cherche mon handbike, il est à trois mètres de moi. Alors que je rampe vers lui, une première puis une deuxième voiture passent sans s'arrêter. Je rejoins alors mon handbike et péniblement je gagne le bas côté de la route en me glissant sur les fesses et en tenant mon handbike d'une main. Pendant ce temps plusieurs voitures passent toujours sans s'arrêter.
Une fois sur le bas côté et en sécurité, j'essai de faire un premier bilan des blessures car les douleurs sont là maintenant. Tout l'avant bras gauche est comme brûlé avec le frottement sur la route, le coude droit est en sang et l'avant bras droit est brûlé également. Le pantalon de cycliste est en lambeau et laisse apparaître des blessures aux deux genoux et à la cuisse gauche. Entre temps, deux automobilistes se sont arrêtées, dont une dame de mon village. Ensuite un artisan toujours de mon village s'arrête également. Je demande à une dame de regarder si je n'est rien dans le dos, celle-ci me dira que j'ai également des brûlures. Plus tard je m'apercevrai que j'ai également un pied bien enflé. Après des radios, aucune fracture ne sera constaté, seulement une bonne entorse.
Je m'en tire bien au vu de la vitesse et du choc très violent, avec des brûlures, des contusions un peu partout sur le corps, un coude et un genoux abîmés et une entorse à un pied.
Après cet accident, je ne peux que conseillé aux cyclistes et aux handbikeurs d'être très prudent. Avant de prendre la route toujours bien vérifier votre matériel et surtout sortez couvert.
Car c'est grâce à mon casque, si je suis encore en vie.

Posté par didier paquis à 18:19 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur La poisse.........deuxième chute en handbike en l'espace d'un mois.

    Oufffffffffffffffffffff !
    Bon repos !

    Posté par Fabrice Pion, 15 mars 2014 à 18:36 | | Répondre
  • Quelle frayeur !! Heureusement rien de grave au final !!! Bon rétablissement ! Bisous
    PS : je suis sidérée par ces gens qui ne se sont même pas arrêtés...

    Posté par Suzanne, 15 mars 2014 à 18:54 | | Répondre
  • Didier, fais mettre sur ton bike, par un copain bricoleur, un arceau de sécurité
    pour te protéger en cas de retournement + permettre aux roues arrières de la souplesse, en bricolant quelque chose qui ressemblerait à des amortisseurs ou en tout cas qq chose qui permettrait aux 2 roues AR de n'être pas rigides !
    Courage !

    Posté par JCG, 15 mars 2014 à 19:04 | | Répondre
  • Bonjour Didier
    Je n'ose pas imaginer ce que tu as du ressentir lors de cette descente, ça a du être l'horreur. Le principal c'est que tu t'en soit sortie.
    Je te souhaite plein de courage

    Posté par Pascal, 16 mars 2014 à 10:32 | | Répondre
  • Bonjour Didier. Triste de lire ce résumé de votre accident... Moi qui suis de loin votre Tour de France et vos kms.
    Questions: vos câbles dont-ils anciens? Après coup, je me dis: n'aurait-il pas été possible de retenir les roues par une pression progressive?
    J'ai eu ce type d'accident lors du Free Hand'ise Trophy 2012, et je confirme que seul le casque est salvateur.
    Courage à vous
    Cordialement

    Posté par JPMAFF, 17 mars 2014 à 09:17 | | Répondre
Nouveau commentaire